Mes romans

L’écriture et moi…

Salut, salut!

Aujourd’hui, je viens pour un article un peu particulier. Je vais vous parler un peu de moi…
Je vous ai demandé sur les réseaux sociaux de me poser des questions et voici donc les réponses…

TADAMMMM… Ok, j’en fais un peu trop…

Comme certaines questions se recoupent, je les ai groupées…

typewriter-2306479_1920

Comment as-tu commencé à écrire? Est-ce qu’une situation dans ta vie t’a donné le déclic? Qu’est-ce qui a provoqué l’envie d’écrire?

Comme beaucoup d’adolescents, j’écrivais à cet âge-là des poèmes (complètement déprimants). Je ne les ai pas retrouvés et vous pouvez vous en estimer heureux, vous n’aurez pas besoin de lire ça…
Je me souviens très bien que l’un d’eux disait « Je ne voulais pas avoir 16 ans… ». Il y avait une raison évidemment à cela et je n’étais ni déprimée ni suicidaire mais vous pouvez comprendre dans ces quelques mots, à quel point ce que j’écrivais respirait la joie et la bonne humeur…
Puis les études et l’entrée dans la vie active ont fait que je n’ai plus écrit.
J’ai fait tout un tas d’autres activités créatives… de la broderie, un peu de dessin, du scrapbooking.
Et j’ai eu des enfants. Ils ont pris toute la place. Je n’avais plus d’endroits où laisser tout mon bazar en place et créer me manquait…
C’est à ce moment-là, il y a un peu plus de trois ans que j’ai découvert la plateforme Wattpad et j’ai décidé de me remettre à l’écriture.
J’avais lu pas mal de dystopie avant et j’ai eu envie d’en écrire une où mon héroïne serait télépathe. C’est un truc qui me fascine de savoir ce que les gens pensent même si on est d’accord que c’est certainement très moche parfois.

Comment t’organises-tu pour écrire et gérer la vie à côté? Est-ce que tu as un moment préféré pour écrire? As-tu besoin d’être dans une bulle ou plutôt dans le quotidien et le bruit?

LES questions… Il faut savoir que je bosse dans le paramédical en libéral. Ce qui est bien (parce que je peux grosso modo gérer mes horaires comme je veux) mais qui prend quand même un temps fou parce que je dépends quand même des horaires de mes patients.
La deuxième chose est que j’ai un mari, des enfants et une maison à gérer. Ce qui me prend beaucoup de temps. Enfin surtout les enfants. Il faut gérer l’école, les activités etc etc…
La troisième est que je fais d’autres activités. De l’escalade et du yoga pour les curieux.
Donc avec tout ça, je n’ai guère de temps pour moi avant 21 heures. C’est à ce moment-là que j’écris. Quand je suis enfin tranquille.
Je n’ai pas forcément besoin d’être dans une bulle. S’il y a du bruit à côté, j’apprécie d’avoir de la musique pour ne pas être perturbée par exemple par les voix du film que mon homme regarde à côté.
Je peux écrire partout, au boulot (quand j’ai une pause ou qu’un patient ne vient pas), dans le bus, dans la rue, en salle d’attente des médecins etc… Mais je préfère quand même être sur mon canapé…
Je n’arrive par contre pas à écrire si mes enfants sont là, à me demander mille trucs parce que je ne m’intéresse pas à eux… Oui, oui, les enfants sont comme ça.

Tu écris autant que tu lis?

Je fais faire une réponse de normand. Ça dépend. La plupart du temps, oui. Mais parfois, si je suis très très inspirée, j’écris plus. Et à d’autres, j’ai besoin de m’éloigner de tout ça et la lecture va prendre le pas sur l’écriture.
En ce moment, je gère les deux en même temps.

literature-3091212_1920

Qu’est-ce qui t’inspire le plus? Tu écris en t’appuyant sur ta vie personnelle? Comment crées-tu tes personnages? T’inspires-tu de personnes que tu connais? Ou ça vient plutôt de ton imagination?

Je dirais que ce qui m’inspire le plus sont les liens entre le gens, la psychologie et les valeurs auxquelles je crois.
J’écris dont en m’appuyant sur ma vie personnelle mais pas que. Certaines choses dans mes écrits sont de la pure fiction et d’autres sont mes ressentis et convictions profondes ou bien alors des choses que j’aime.
Je parle par exemple beaucoup de montagne et d’escalade dans les histoires qui sont sur Wattpad. J’aime aussi partir de lieux que je connais parce que je trouve que c’est plus simple à décrire et qu’une grande ville américaine n’est pas forcément indispensable pour faire aimer un roman. C’est plus vendeur mais je m’en fiche pas mal.
Mes personnages sont donc un mix de tout ça.
Anna, ma télépathe, c’est son pouvoir qui l’a créée.
Pour Lucie et Matth dans Open Minded, c’est une discussion avec une copine.
Pour Asa (dans la fille qui danse sur Wattpad), c’est une chanson de Saez. A chaque fois que je l’écoutais, je voyais une fille rousse tatouée danser dans la rue…
Ils ont tous de moi (amusez-vous à chercher et on en parlera si vous voulez). Ils ont bien souvent ma vision du monde, mes idées, ma conception de l’amitié et de l’amour. Il y a d’autres détails aussi, plus subtils.
Parfois mes amis ou des gens que je connais leur donnent sans le savoir des traits de caractères. Mais ce n’est pas si fréquent. Cela dit, mes patients sont une grande source d’inspiration, surtout mes petites mamies féministes.
Certains sont par ailleurs complètement imaginaires et sont uniquement utiles à l’histoire.
Je pense que je fais ça parce que j’essaie toujours (même si j’écris du fantastique) d’être le plus réaliste et crédible possible. Je ne suis pas sûre d’y arriver cela dit. J’ai seulement dit que j’essayais.

Pourquoi optes-tu pour une certaine évolution de tes personnages et pas une autre?
Est-ce en fonction du message que tu désires passer? Si oui, les fais-tu évoluer pour passer ce message précis ou construis-tu l’histoire selon ton imagination sans te poser de questions lors du premier jet?

Merci Valérie Q. pour tes questions. Tu m’as fait bien réfléchir alors que tu dois certainement pouvoir y répondre mieux que moi.
Je dirais que ça dépend.
Bon, déjà quand j’écris, je n’ai pas de plan. Certains auteurs (et franchement, je les admire) ont un plan de l’histoire complet et défini avant de commencer l’écriture d’une histoire. J’en suis INCAPABLE. J’ai des personnages et un début. Une ébauche de fin et encore pas tout le temps. Et entre les deux, c’est l’inspiration qui me guide.
La plupart du temps, ce sont mes personnages qui décident de leur évolution. Et je n’ai pas mon mot à dire. Je précise après avoir écrit ces quelques mots que vous avez le droit de me traiter de folle.
Celles qui ont lu Open Minded doivent savoir que ce que vous attendiez toutes n’était pas prévu au départ. Je ne le voulais pas mais alors pas du tout. Et un jour, ils m’ont dit :  » de toute manière, on fait ce qu’on veut ». Saleté d’ados!
Dans La fille qui danse, donner un prénom à l’un des personnages a orienté l’histoire différemment.
Alors bien sûr, si j’ai un message à leur faire passer, ils vont évoluer autour et avec. Mais comme ce message fait partie de leur essence initiale, ils n’ont pas trop le choix.
Je ne suis pas sûre que ce que je viens de raconter soit réellement clair.

Quelles émotions souhaites-tu transmettre à tes lecteurs? 

Les émotions… C’est vraiment ce que j’essaie de travailler. Il est super important pour moi qu’elles passent.
Je vois et ressens chaque mot que je couche sur le papier. J’ai pleuré un nombre incalculable de fois, j’ai eu peur, j’ai été en colère etc… Et j’ai vraiment vraiment envie que les lecteurs ressentent tout ça aussi.
Le truc, c’est qu’on est pas tous touchés par les mêmes choses donc ça ne marche pas à tous les coups.
Donc, j’ai envie que mes lecteurs pleurent, aient peur, soient en colère, se marrent (même si l’humour n’est clairement pas mon truc, oubliez directement le feel good ou la chicklit avec moi) etc etc…

heart-700141_1920

Est-ce qu’il y aura un tome 3 à Open Minded?

Non. Il n’y en a que deux. Peut-être un jour un spin off sur d’autres personnages présents dans le tome 2 mais l’histoire de Lucie et Matth s’arrête là pour moi. Et donc pour vous…

Voilà, voilà…
J’espère que vous aurez aimé en apprendre un peu plus.
N’hésitez surtout pas à réagir!!!!
Bisous.
Lisa.

Auteurs auto-édités, Mes lectures

Par une nuit de blizzard

Bonjour à tous,

Je viens aujourd’hui pour vous parler de la nouvelle « Par une nuit de blizzard » de Gaarance Gold.
J’ai connu cette auteure sur Instagram. Quand j’ai vu qu’elle était présente au salon de l’auto-édition à côté de Lyon, je me suis dit que je devais aller la voir. J’y suis allée incognito, sans dire qui j’étais et je ne lui ai dit qu’après…
Bref, tout le monde s’en fiche.

J’ai donc lu sa nouvelle dont voici la couverture.

par-une-nuit-de-blizzard-1067409-264-432
Je la trouve vraiment belle et elle m’a tout de suite donné envie de lire le livre.
Alors bon, il a traîné un peu dans ma pile à lire mais par un après-midi où j’attendais sagement mon tour chez le kiné, je l’ai lu.

Quatrième de couverture

Je m’étais perdu dans ce monde.
Alors j’avais emprunté le chemin qui menait aux livres.

Résumé

New York, janvier 2015.
Tandis qu’une violente tempête de neige sévit sur la ville, Jim, un jeune homme en manque de repères, se réfugie pour la nuit dans une bibliothèque. Ne se sentant de prime abord pas à sa place parmi tous ces rayonnages de livres, il fait brusquement la connaissance d’une mystérieuse passionnée de littérature aux récits envoûtants…

Mon avis

Comme le résumé nous l’indique, nous voici donc à New York en plein hiver.
Jim est paumé et drogué. Après une énième dispute avec sa mère et son « nouveau gars », tous les deux alcooliques, il se retrouve à la rue. En plein hiver donc, avec des vêtements pas du tout adaptés au climat et son téléphone. Il déambule dans les rues des heures durant quand il est arrêté par un policier qui le prévient qu’une tempête de neige est attendue.
N’ayant nulle part où allait, Jim se réfugie dans une bibliothèque.
Bien sûr, il n’a rien à faire ici.
Bien sûr, il se demande ce qu’il fait là.
Faute de mieux, il détaille les couvertures de chaque livre et fait la connaissance d’une jeune fille étrange.
On plonge très facilement dans cette courte nouvelle.
Jim est un personnage attachant qui, par manque d’éducation, n’a pas connu tout ce que pouvait apporter la lecture. L’histoire contée par la jeune fille lui donne cependant envie d’en savoir plus, d’essayer de lire. De s’ouvrir à un autre univers. Ce qu’en tant que lecteurs, nous faisons à chaque nouvelle histoire que nous découvrons. Parce que tout est là, nous lisons pour nous faire de nouveaux amis, pour nous perdre dans des univers peuplés de personnages, de lieux et de cultures différentes.
La lecture nous fait réfléchir, nous emporte plus ou moins loin et nous aide.
Le message porté par l’auteure est beau. La petite touche de fantastique très chouette aussi.
Je vous le conseille si vous aimez les histoires courtes.

A bientôt.
Lisa