Mes lectures, netgalley, Service Presse

Mission Séduction

Bonjour à tous !

J’ai lu grâce à Net Galley et aux éditions Hachette, Mission Séduction de Laurène Reussard. Je les remercie de m’avoir permis de lire ce roman.

Quatrième de couverture

Romeo, 20 ans, est agent en séduction. Principe : aider de jeunes filles en souffrance à retrouver goût au bonheur. Armes : son sourire, sa répartie et son expertise en matière de relations. Règles : personne ne doit souffrir, personne ne doit tomber amoureux. Taux de réussite : 100%.
Sa nouvelle mission représente un défi de taille car Héloïse est une lycéenne rebelle, sarcastique et hautaine. Depuis quelques mois, elle ne laisse personne l’approcher, pas même ses amis. Romeo a beau lui sortir le grand jeu, chacune de ses tentatives pour percer ses défenses se solde par un échec. Mais Romeo n’a pas dit son dernier mot ! Quelque chose chez cette fille aux smokey eyes l’intrigue : et si plutôt qu’une blessure, son attitude masquait de grandes forces ? Qui de l’agent séducteur ou de la cible séduite mène véritablement la danse ?

Mon avis

Bon, je vous le dis tout net, c’est une déception.
Pourquoi ? Parce que je n’ai absolument pas été touchée par les personnages et que j’ai trouvé la fin beaucoup trop énorme et pas crédible du tout.
J’ai même vraiment eu du mal au début à me mettre dans l’histoire.
Mais voyons d’abord les points positifs :
– Le sujet principal du livre est bien abordé et bien traité. Il est important de parler le plus possible de tout ça parce que de nombreux enfants/adolescents en sont victimes.
– Les différents problèmes qui peuvent arriver aux ados sont aussi abordés : la recherche de la sexualité, les jugements, l’apparence, les amitiés qui se font et se défont. Tout ça était sympa.
– L’histoire de notre héros, Roméo, m’a bien plu. C’était crédible et plus touchant que le reste. C’est d’ailleurs la seule chose qui m’ait touchée.
– Le caractère d’Héloïse est assez sympa et bien travaillé.

Au tour des points négatifs… :
– Nos héros jouent au chat et à la souris dans tout le bouquin et j’ai trouvé ça puéril au bout d’un moment.
– L’écriture est fluide mais je n’ai malheureusement ressenti aucune émotion à travers les mots de l’auteure.
– Mais rien ne peut égaler la fin (pas l’épilogue qui lui était plutôt sympa) mais la fin. C’est beaucoup trop gros pour être crédible et j’ai trouvé que ça ne servait à rien et n’apportaient rien à l’histoire. OK, il y a des jeunes (et pas que des jeunes) dérangés mais là, c’était trop pour moi.

Bref, il y a de bonnes choses dans ce roman, je pense que certains peuvent vraiment l’apprécier mais ça n’a malheureusement pas été mon cas.

A bientôt pour une autre chronique.
Bises.
Lisa

Mes lectures

L’académie des âmes abîmées

Bonjour à tous!

Le livre dont je souhaite vous parler aujourd’hui est « L’académie des âmes abîmées » de Thierry Cohen.
Comme la plupart des livres que j’ai lus ces derniers temps, j’en ai entendu parler sur Instagram. J’ai d’abord trouvé la couverture très jolie, ensuite le résumé intéressant. Tous comme les commentaires des autres lecteurs.

51nNQjW+uRL._SX195_
Quatrième de couverture

À l’Académie des Âmes Abîmées, réparer les vivants est un enseignement, une vocation. Mieux : une mission.
Quand Lana et Dylan, deux adolescents en perdition, y sont recueillis, ils sont loin d’imaginer ce qui les attend. Blessés par la vie, perdus dans un monde de haine et de violence, ils vont tenter de se reconstruire. Mais peut-on retrouver confiance un jour après avoir survécu à de tels drames ? Et quel rôle leurs parrains, Dimitri et Romane, joueront-ils dans la reprise en main de leur destin ?
Entre renaissance, découverte des sentiments, échanges avec des professeurs hors normes et mise en pratique des cours, cette institution secrète dessine un nouvel avenir… Et si elle pouvait changer le monde ?

Mon avis

En tout premier lieu, je tiens à dire que je vote pour une école comme celle-là! C’est le rêve! Des cours individuels en fonction des difficultés des jeunes, d’autres complètement inconnus dans les lycées normaux, un environnement bienveillant.
Bref, le rêve total.
C’était même tellement beau que j’ai cru à un moment qu’il pouvait y avoir anguille sous roche… Certainement parce qu’on est plus habitué à la gentillesse sans contrepartie.
Les personnages principaux, Dylan et Lana, sont très attachants. Je les ai tout de suite aimés. Comme les autres résidents que nous suivons, ils ont une histoire de vie extrêmement difficile. Le livre aborde des sujets douloureux pour les enfants et les adolescents (le viol, le harcèlement, la violence etc…).
L’écriture est belle, souvent poétique. Les poèmes cités sont touchants et parfaitement adaptés.
Il y a de nombreux rebondissements dans l’histoire qui aident nos personnages à se reconstruire, à aider les autres, à essayer de sortir de ce monde de haine et de souffrance dans lequel ils vivent. Dans lequel nous vivons.
Les adultes ici sont bienveillants, d’une empathie remarquable. Ils soutiennent les jeunes et leur donnent les clés pour aller mieux et avancer dans la vie.
C’était vraiment un beau livre, teinté de psychologie et d’espérance. Un livre qui nous donne envie de croire encore qu’on peut changer les choses.

Citations

« Lorsque les faits produisent une émotion si forte qu’elle empêche la réflexion, chercher au cœur de sa lucidité une vérité, un principe, une valeur capable de guider est essentiel. »
« Est-on maître de son destin ou condamné à le subir? »
« Seule la musique des mots suffit à créer l’émotion. »
« Un roman, c’est un peu comme une personne, non? On voit la couverture, le titre et on se fait une idée. Mais ce n’est qu’en passant de longues heures avec lui qu’on parvient à avoir une vision précise de ce qu’il est et cherche à nous dire. »
« Réussir, c’est avoir la possibilité de mettre ses forces dans le projet auquel on croit. »
« Tu sais, je ne mourrai pas vraiment. Quand je partirai, je continuerai à vivre en toi, à travers de ce que j’aurai semé dans ton esprit et dans ton coeur. Ce sera notre manière à nous d’être unis à jamais. »

 

Mes lectures, Service Presse

AliN tous différents

Bonjour à tous !

Me voilà aujourd’hui avec mon avis sur AliN tous différents de Axelle Colau.

Il y a quelques temps, j’ai postulé à la demande de recherche de partenaires de Rise éditions et je suis absolument ravie d’avoir été choisie.
Je remercie tout d’abord énormément Rise éditions de m’avoir permis de le lire en service presse d’autant plus qu’il me tentait beaucoup.

J’en adore d’ailleurs la couverture.

Quatrième de couverture

Le collège, c’est l’enfer. Surtout depuis que Guillaume et sa bande m’ont pris pour cible. Moqueries, coups bas, brimades, ils s’acharnent sur moi et je subis, paralysé par la peur. Lili, ma meilleure amie, est également devenue leur souffre-douleur. Guillaume nous a éloignés l’un de l’autre et je n’arrive plus à atteindre celle que j’aime… Sauf lorsque je prends mon violon et qu’elle chante. Alors, je me sens pousser des ailes. Ces ailes que la réalité nous coupe, dès que nous mettons un pied au collège. Comment nous envoler à nouveau et retrouver notre liberté ?

Mon avis

Le thème abordé dans le roman est grave. Le harcèlement scolaire a été minimisé pendant tant d’années que je trouve vraiment bien qu’on en parle enfin. Que ce soit dans les écoles, dans la littérature, dans des films…
Malheureusement, il continue.
Malheureusement, il y a encore des enfants ou des ados comme Guillaume et des victimes comme Adrien et Lili.
L’auteure a vraiment bien retranscrit les émotions de chacun des personnages. J’ai beaucoup aimé avoir chacun des points de vue. Que ce soit celui des victimes mais aussi celui du harceleur.
On entrevoit la vie de Guillaume et ce mal-être qui l’anime, même si attention, je ne cautionnerai jamais ses actions et n’excuserai ses actes.
On ressent la peur de Lili et Adrien, cette descente aux enfers. L’envie de ne rien dire aux adultes par honte. Par peur des représailles. C’est vraiment fort.
C’est si bien retranscrit… Tellement que j’ai souvent eu les larmes aux yeux. C’est synonyme de pari réussi pour moi.
Et puis, il y a la musique. Cette musique qui lie Lili et Adrien. Leur parenthèse de bonheur loin du collège. Et c’est beau.
C’est beau parce qu’ils sont vrais et pas parfaits. Parce que les morceaux sont bien choisis. Ils m’ont parlé. Mes repères musicaux ont été comblés. Les Corrs que je n’avais pas écouté depuis une éternité. Metallica et Nothing Else Matters, cette chanson que j’aime par dessus tout et qui est chargée de sens pour moi (si vous passez par là, les copines, vous serez obligées d’acquiescer). REM et Everybody Hurts, dont les paroles collent si bien avec les sentiments que l’on ressent à la lecture du livre.
Mention spéciale au QR code qui nous renvoie vers la playlist qui accompagne le roman!

Rien ne nous est épargné. Tout n’est pas beau et rose. Mais c’est ça, la vie.
Et franchement, j’ai adoré. Vraiment adoré.

Citations

« Tu ne le sais sûrement pas, mais ta musique me sauve chaque jour. Les notes que tu égrènes le soir m’aident et adoucissent mon cœur. »
« Sa voix soutenait ma musique et nous créions un monde où nous étions en phase. »
« La musique parlait pour nous là où les mots ne suffisaient plus. »
« Le corps était une façade. Et moi, j’aimais tout d’elle. Dedans et dehors. Nous sommes tous différents. Pourquoi vouloir se conformer à un idéal inatteignable? »
« La sonorité parfois rauque de sa voix embellissait les arpèges langoureux de mon instrument. »
« Cet instant était parfait. Précieux et unique. »

A très bientôt!
Lisa