Mes lectures

Amours solitaires

Bonjour à tous !

Avant de lire le livre Amours Solitaires de Morgane Ortin édité aux éditions Albin Michel, je connaissais déjà le compte Instagram sur lequel des sms d’amour anonymes sont publiés. C’est un compte que j’aime beaucoup d’ailleurs. Si vous ne le connaissez pas, allez y faire un tour : @amours_solitaires.

Quatrième de couverture

Autrefois, les amoureux échangeaient des lettres.
Aujourd’hui, ils s’envoient des textos.
La poésie n’a pas disparue entre temps.
Depuis qu’elle a créé le compte Instagram Amours Solitaires, Morgane Ortin a recueilli des milliers de conversations intimes d’amoureux anonymes. Des mots doux, des mots crus, exaltés, érotiques, simples, drôles, sensuels, habiles, piquants.
Elle en a sélectionné 278 pour composer l’histoire d’amour que vous vous apprêtez à lire. Une histoire que l’on pourrait introduire comme suit : des amours, il en a connu avant. Elle en a vu passer aussi. Ce livre raconte le leur. Celui qui tombe comme un couperet, ici et maintenant.

Mon avis

Lire le livre qui a été fait à partir de messages reçus sur le site http://www.amours-solitaires.com me tentait beaucoup.
Mais j’avais un peu peur aussi. Forcément, en fervente utilisatrice d’Instagram, j’en avais beaucoup entendu parler. Les commentaires étaient tous élogieux et du coup, j’avais peur.
Peur de ne pas aimer etc…
D’abord l’idée de base est excellente. Faire un roman epistolaire sous forme de SMS avec la présentation qui va avec etc, c’est chouette.
Ensuite, ça se lit très très vite. Forcément, ce sont des SMS et (j’avoue que j’ai trouvé que c’était un petit abusé) il y a de nombreuses pages vides lorsque nos deux protagonistes sont ensembles.
J’avoue ne pas être aussi dithyrambique que certains avis. C’est une belle histoire oui, les SMS échangés sont extrêmement bien choisis. J’ai aimé, j’ai passé un bon moment de lecture mais ce n’est pas non plus un coup de cœur.
D’abord, le garçon m’a énervée. C’est le genre de mec qui m’aurait énervée si je l’avais rencontré. A dire qu’il n’est pas prêt, à se cacher derrière sa dernière histoire difficile et la prendre pour prétexte etc etc…
Après, il évolue bien et j’avoue que je ne lui en voulais plus du tout à la fin…
Ensuite, et c’est le plus gros hic pour moi, c’est qu’il me manquait du sentiment. De l’émotion. Le format court évidemment n’aide pas. On ne peut pas dire en long, en large et en travers ce qu’on ressent en quelques mots même s’ils y arrivent très bien.
J’avais envie de lire une magnifique histoire d’amour, à en frissonner et malheureusement, ça n’a pas été le cas.
Malgré tout, cela reste une très bonne lecture et c’est vraiment beau de voir que les gens osent encore s’écrire qu’ils s’aiment. Sous de multiples façons. Que ce soit des filles ou des garçons.
Mention spéciale par contre pour les mots de l’auteure à la fin dont certains m’ont particulièrement touchée.
Et bravo pour cette démarche, parce que cela a dû être un boulot pharaonique et que tout se tient du début à la fin.

Citations

« Pourquoi passes-tu autant de temps dans ma tête?
Parce qu’il y fait toujours beau. »
« Je ne sais pas vraiment ce que ça deviendra. Mais je peux te dire que ça éclaboussait. Que c’était brûlant. Que ça sentait bon et que c’était sucré. Que c’était doux. Que ça griffait et transpirait. Que c’était à la fois bruyant et silencieux. Que c’était le printemps et l’hiver. Le désordre. Si fragile mais si puissant. C’était comme quand tu es à moitié endormir. Sereine mais alerte. Simple. Spontanée. L’ivresse. La liberté. »
« J’ai commencé à écrire « Tu es » et je me suis arrêtée. Je me suis dit que ce serait joli de ne rien mettre de plus et te dire que ces deux mots seuls me comblent de bonheur… « Tu es », c’est ce qu’il pouvait m’arriver de mieux. »

A bientôt pour une autre chronique.
Bises.
Lisa