Mes lectures, Un peu de moi

Sky High

Hello!

Je reviens vers vous aujourd’hui avec la chronique de ma toute dernière lecture, Sky High de Emma R. Lowell, édité aux éditions Hugo New Way.
J’avoue ne presque jamais lire de livres publiés chez Hugo mais là, une de mes amies l’a lu et m’a fortement donné envie de passer outre ma résolution. Elle avait déjà réussi à me convaincre quand d’autres copines ont surenchéri.
Bref, je suis allée de ce pas acheté le bouquin. J’ai fini mon autre lecture et hop, j’ai commencé celui-là.

Quatrième de couverture

Un sujet original : premier amour sur fond d’escalade et de slackline sur les toits londoniens…
Une romance vertigineuse!
Gill est une jeune Londonienne déterminée qui travaille d’arrache-pied pour réaliser son rêv : être acceptée dans une prestigieuse université de médecine. Seul répit dans des révisions : sa nouvelle passion pour l’escalade.
Dans la salle où elle s’entraîne avec sa meilleure amie Lindsay, Jared est une vraie star. Il est capable de sortir n’importe quelle voie les yeux fermés et enchaîne les performances sur les toits de la ville!
Le séduisnt grimpeur, un peu trop casse-cou au goût de Gill, semble avoir craqué pour elle.
Chance ou malédiction? Le stress des examens lui suffit, pas besoin de se rajouter une crise d’angoisse chaque fois qu’il décide de jouer les funambules entre deux immeubles! Pourtant le destin s’obstine à le mettre sans arrêt sous son nez… Alors que la vie l’oblige à fendre sa carapace, Gill saura-t-elle prendre de nouveaux risques?

Mon avis

Mes copines avaient réussi à me convaincre en me disant que l’escalade faisait partie intégrante du roman.
Parce que voilà, de l’escalade, j’en fais depuis de très nombreuses années maintenant. À une époque (avant d’avoir des gamins, un boulot etc), j’en faisais très très régulièrement. Entre trois à quatre fois par semaine. J’avais un bon niveau. Niveau que je désespère de retrouver un jour… Il y avait le chiffre 7 devant ma meilleure performance.
Donc le vocabulaire, je le maîtrise.
Je fais également de la slackline. Cette sangle tendue entre les arbres et je vous assure que c’est hyper dur et que j’admire réellement les gens qui sont doués, sans parler de ceux qui font de la highline…

Je commence donc le livre. Et là, j’ai eu l’impression de faire un saut dans le temps. Je me suis revue étudiante, commençant à peine la grimpe et qui admirait les forts grimpeurs. Les gars de la salle (on était très très peu de filles, ça a bien changé) qui se tiraient la bourre dans des blocs qui paraissaient impossible à sortir.
C’était beau à regarder. Évidemment, il y avait les corps sculptés mais surtout l’enchaînement des mouvements. Cette facilité à escalader les voies, cette danse avec les prises et le mur.
C’était chouette de retrouver ça dans les yeux de Gill. Et puis, il faut dire que voir grimper Jared devait être sympa. Même si mes potes à moi, encore aujourd’hui, font bien plus que du 7c (ouais certains sont vraiment hyper forts…)

Mais si je vous parlais un peu de l’histoire. Celle de Gill qui veut entrer en médecine et qui doit bosser comme une folle pour réussir son examen d’entrée. Pour l’aider, elle prend un tuteur. Qui la trouble un peu plus que nécessaire. En contrepartie, sa meilleure amie, Lindsay doit la suivre prendre des cours d’escalade.
C’est évidemment là qu’elles vont rencontrer Jared. Le beau gosse, la star de la salle. Lindsay craque sur lui, Gill le trouve imbu de sa personne. Ça aussi, c’est assez vrai. L’aura qui entoure les forts grimpeurs a tendance à leur monter à la tête. Surtout quand ils sont jeunes. Mais n’est-ce pas l’apanage des sportifs de haut niveau? Ils se calment avec l’âge même si leur niveau ne baisse pas.

J’ai bien aimé la relation entre Gill et Jared. Cette première est timide et est plutôt agressive dans leurs échanges. C’est une chose que je connais bien. Ça permet de se cacher quand même. Bien sûr, c’était une chose qui n’était pas pour déplaire au garçon. Faut pas rêver, ils aiment ça quand on leur rentre dedans.
On se doute évidemment de comment leur relation va évoluer. Et on n’attend que ça. Afin, je vais parler pour moi, je n’attendais que ça. Parce qu’encore une fois, j’ai été cette fille qui est sortie avec un des gars forts de la salle.
C’était chouette de les suivre sur les toits de Londres, de grimper avec eux, de faire de la slack. On aurait envie que ça continue tout le temps. Qu’on continue à vivre les sorties extrêmes de Jared.Mais tout bascule. Je ne m’attendais absolument pas à ce qui leur arrive.
On bascule dans l’attente, le doute, l’absence. J’ai trouvé les émotions très justes et j’ai eu plus d’une fois les larmes aux yeux.

La deuxième partie du roman est plus sombre, moins légère. Je l’ai apprécié tout autant. D’autant plus que la grimpe devient salvatrice. Le moyen de s’en sortir. Je pense que c’est le cas avec de nombreuses disciplines, que ce soit la musique, le sport et j’en passe. Mais je connais la grimpe. Je sais à quel point elle vide la tête, à quel point elle permet de lâcher, d’oublier. Du coup, ça m’a bien parlé. D’autant plus que je l’ai utilisé comme moyen d’aller mieux aussi dans l’une de mes histoires sur Wattpad et que je suis blessée en ce moment, que je ne peux pas grimper et que je tourne comme un lion en cage depuis plus de deux mois.
J’ai aimé le dénouement même si j’aurais voulu en savoir un peu plus. Je trouve en ce moment, les fins un peu rapides…

En bref, c’était une très très bonne lecture. Pas un coup de cœur mais je me rends compte que je deviens plus difficile… En tout cas, j’ai été ravie de trouver mon sport dans des mots autres que les miens. C’est bien de la voir différemment. De la voir écrite avec d’autres mots que les miens.

PS : Après, il y avait clairement des choses un peu invraisemblables, on ne devient pas doué en slackline en un après-midi (ou alors j’ai pas rencontré les bonnes personnes et pourtant elles étaient hyper fortes, genre le gars qui a sa clope dans une main, ses écouteurs et qui se balade comme si de rien n’était à 1m50 du sol)… Mais franchement, je chipote sur du détail…

Citations

« Jared me fixe toujours en rigolant et j’essaie de disparaître en prononçant une formule magique, mais ici c’est comme à Poudlard, on ne peut pas transplaner. »
« Je ne suis rien d’autre qu’une voie compliquée dont il essaie d’atteindre le somment. »
« Pour une fois, il ne cherche pas à attirer l’attention : il a même gardé son tee-shirt. »
« – J’ai tenté une année à l’école du cirque, mais ça ne m’a pas plu du tout.
– Pourquoi? Ils ne te laissaient pas faire de la slackline comme un abruti sans être assuré? […]
– Je détestais l’ambiance. La plupart des mecs là-bas ne font ça que pour le show.
– Parce que toi, tu fais ça pour quoi?[…]
– Parce que c’est bon. Parce que j’aime ça. L’adrénaline… tu vois? »
« Je me souviens d’être arrivé en haut. D’y être arrivé tellement concentré et épuisé que je n’ai même pas éprouvé la satisfaction de l’accomplissement ni l’ivresse du sommet, encore moins admiré la vue. J’ai sorti le marqueur de ma poche et j’ai écrit sur une des vitres « Will you fucking wake un? » Et après, je ne sais pas. C’est le trou noir, une absence de plusieurs minutes. »
« Et chercher sur la bouche d’autres filles le goût de ses lèvres. »
« Je n’ai jamais rien ressenti d’aussi intense avec les autres filles. Donc c’est ça que ça fait, d’être amoureuse? »

A bientôt!!!
Bises
Lisa

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s